Babordages

Pendant qu'ils ne cherchaient pas d'alternative, nous pensions à un #PlanB.

Cornelius Castoriadis, une leçon de démocratie

Publié le par dans avec 10 avis

En écho à la soirée Mediapart au Théâtre du Châtelet en soutien au peuple grec et à notre article d’hier, La démocratie pour les nuls par fabulous fabu_land, nous vous invitons à découvrir cet entretien de Chris Marker avec Cornelius Castoriadis aussi brillant qu’édifiant que passionnant.

Vraiment. Regardez. Vous ne le regretterez pas.

En 1989, Chris Marker filmait Cornelius Castoriadis. En hommage au cinéaste, disparu le 29 juillet, la version intégrale inédite de cet entretien avec le philosophe, décédé en 1997. Son propos est plus que jamais d’actualité : la démocratie, tout simplement.

Merci à Thierry Beysson de l’avoir signalé sur Twitter.

Mise à jour : voir les commentaires pour une version sous-titrée en anglais / see comments for a version with English subtitles.

Mots-clés :

À propos de sknob

Franglophone songwriter, cartoonist, translator, geek, #ronchonchon. VieuxSage, déjà blogueur au XXe siècle, je ne supporte ni l'injustice, ni la mauvaise foi, ni les gens qui réfléchissent avec le cerveau d’autrui, ni les betteraves. En revanche, j'ai un peu le melon depuis que j'ai publié un billet sur le blog de Paul Jorion. Mes camarades m'ont à l'œil.

Tous les articles par sknob →

Articles connexes

10 avis sur “Cornelius Castoriadis, une leçon de démocratie

  1. Mamypaula13

    Les peuples sont de plus en plus bafoués, en 2005 les Français ont dit non au traité sur la constitution Européenne à plus de 54%.nous n’avons pas bougé, l’ancien président a balayé ce refus avec le traité de Lisbonne. Nous n’avons pas bougé.
    Où est la démocratie si la volonté du peuple n’est pas respectée? Assez de mépris et d’enfumage.

    Répondre
  2. Ben

    Problème… la démocratie athénienne n’a pu fonctionner que grâce aux esclaves… Pas d’esclave, pas de citoyen. Il y a un souci majeur sur ce point. La passion des athéniens pour les affaires de la Cité tenait en partie au fait que nombreux n’avaient rien d’autre à branler, libérés des contingences par les esclaves. Et aujourd’hui, Il y a bien des « machines à tisser » informatiques, mais il y a un paquet d’esclaves pour les faire (foxconn) et pour se mettre derrière (nous tous). Et je précise, j’aime beaucoup Castoriadis.

    Répondre
  3. sknob Auteur

    @Ben

    Toutafé ! Il n’en reste pas moins que son exposé est lumineux, et permet de penser ce que l’on nomme la démocratie de nos jours, ce qui n’est pas un luxe.

    Répondre
  4. sknob Auteur

    @Mamypaula13

    Je considère également que le mépris du vote de 2005, qui pour une fois avait été précédé d’un vrai de débat de fond, est une faute politique extrêmement grave et lourde de conséquences…

    Répondre
    • Mamypaula13

      Ne pas oublier que ce débat, les internautes sont allés le chercher sur internet, les médias ont fait le forcing pour le oui, à tel point que cela en devenait suspect…
      Conclusion pour essayer de préserver le peu de démocratie qu’il nous reste, restons vigilants, votre initiative de créer Babordage est excellente, cela nous permet de rester critiques.
      Cordialement.

      Répondre
  5. lavoixdumoindre

    La grande différence pour moi, entre ce qui s’est passé en 2005 et n’importe quelle autre élection, c’est que nous nous sommes emparés du débat ! Et pas uniquement sur internet, nous en parlions (la parole, énoncer et formaliser des idee, comme pour mieux les réfléchir) !!
    La Sarkozie a usurpé le vote de 2005, très bien, mais 1/ il ne fallait pas que nous (la majorité je veux dire) votions pour lui (il avait annoncé qu’il ratifierai Lisbonne lors du débat du second tour) 2/ cons de français que nous sommes, nous avons laissé faire sans bouger.
    Nous avons perdu le sens démocratique parce que nous laissons les autres parler et penser à notre place (le discours des mass-média, qui, si je pense qu’il n’est entièrement intentionnel, mais plutôt intentionnellement consensuel, nous ôte toute lattitude de pensée par nous même, de débattre, de formaliser).

    Et même si les initiatives comme babordages, ou le forum de Chouard vont dans le bon sens (même si ce dernier est franchement bordélique et même inaccessible sans inscription validée par E. Chouard en personne), elles ne remplaceront pas un échange réel, un retour à l’agora, l’espace public (réel et non virtuel).

    Après ce que j’en dis.. ^^

    Répondre
  6. winston smith

    Une belle mise en scène des propos développés par Castoriadis ici.
    regardez, vous ne le regretterez pas, et diffusez autour de vous.

    Répondre
  7. Elisse

    on ne dénoncera jamais assez l’influence des médias dans n’importe quel processus démocratique. sous couvert de vouloir informer, on manque tout de même crucialement d’analystes dignes de ce nom pour décrypter l’actualité. En ce sens, les paroles de Castoriadis sont très éclairées et permettent de revenir aux fondamentaux, ça fait du bien de temps en temps.

    Répondre

Répondre à Mamypaula13 Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Gauchistes

fabu_landcorinneperpinyaClumsyLa Rédac'

Social

Gazouillis

Newsletter

Une semaine de Babordages par e-mail.