Babordages

Pendant qu'ils ne cherchaient pas d'alternative, nous pensions à un #PlanB.

Cake please

Publié le par dans avec 8 avis
Politicians discussing global warming - Sculpture by Isaac Cordal

Politicians discussing global warming – Sculpture by Isaac Cordal

 
De deux choses l’une :

  • Ou bien tu es un climatosceptique climato-négationniste qui pense que le réchauffement climatique est l’œuvre d’un dieu tout-puissant dont les voies sont impénétrables, ou que c’est une anomalie statistique ou une fluctuation naturelle et que les rapports ultra-fouillés des meilleurs scientifiques de la planète (que tu as lus, bien sûr) sont faux, et tu peux arrêter de lire ce billet tout de suite. Merci d’être passé.
  • Ou bien tu as compris que l’activité de l’homme a détraqué le climat (2014 est l’année la plus chaude jamais enregistrée, on ne vise même plus l’évitement du réchauffement, mais sa limitation à 2 degrés, sachant que si on ne change rien, on est partis pour 4 à 6 degrés avant la fin du siècle et des conséquences apocalyptiques).

Tu es toujours là ? Chouette ! Alors je continue.

L’activité de l’homme, c’est à dire ? C’est à dire tout ce qui sous-tend nos sociétés industrielles et post-industrielles, dopées droguées à l’énergie carbonée bon marché (dont on a épuisé les réserves en 200 ans alors qu’il a fallu des millions d’années pour qu’elles se constituent), et dont on mesure la réussite à l’aune du PIB qui ne fait pas la différence entre la création d’une startup et la destruction d’une forêt (ou la torture des chatons), puisqu’il comptabilise le business, #pouinbar.

Et donc ?

Donc soit on continue comme ça (apocalypse à peu près certaine), soit on arrête et on fait autrement (apocalypse pour les 1%, certes, mais seule chance d’éviter le pire pour tous).

Alors c’est vrai que certains prônent un juste milieu et pensent qu’on peut adapter et verdir le système existant, le rendre durable, le rendre écoresponsable.

Je vais être magnanime et dire : admettons. Mais seulement à condition de tout changer, évidemment.

Sauf que là n’est même pas le problème. Le problème, c’est que les règles techniques qui régissent les échanges planétaires, et les institutions qui ont été créés même récemment, comme l’OMC, pour veiller à ce que ces règles soient respectées et appliquées, ont des priorités qui non seulement ne prennent pas en compte le dérèglement climatique, mais sont en conflit frontal avec toute velléité d’y remédier.

Laaaaadies and Geeeeentlemen :

  • à ma droite, le libre-échange pour doper la Sainte Croissance (infinie dans un monde fini, c’est magique !).
  • à ma gauche, le climat (l’air qu’on respire, booooorinnnng !).

Tu as compris que le match est truqué. l’Europe, la France et la vaste majorité de leurs copains ont choisi leur camp. Et ce n’est pas une vue de l’esprit. Ils ont signé des traités qui les engagent à ne pas entraver le libre-échange des biens et services et capitaux (les humains, c’est une autre histoire), au mépris de l’environnement.

Et le fameux traité TAFTA/TTIP avec les USA dont les négociations secrètes sont en cours avec l’avide soutien de l’Europe et de la France va encore plus loin. PigPetrolCorp ou BigBanksterInc pourra traîner la France devant un tribunal arbitral (privé) si la législation française bridait ses affaires au nom de la préservation de la nature. Et la France devrait alors plier et dédommager à coup de milliards les parties lésées pour leur manque à gagner.

Ce n’est pas de la science-fiction. Ça se passe déjà comme ça en Amérique du Nord en vertu du traité de libre-échange signé entre les USA et le Canada.

Et la démocratie dans tout ça ? Voilà.

Donc quand tu entends un politique TINA te parler d’environnement, tu peux être certain que ce n’est que de la poésie. Il a signé, en ton nom en plus, pour non seulement continuer à tout saloper, mais pour accélérer le mouvement, et il souhaite l’accélérer davantage.

Tu vas peut-être me dire qu’après tout, tu t’en fous de l’environnement et du climat et surtout de l’homme, ce gros con. Tu penses peut-être que c’est bien fait pour sa gueule, à ce parasite, cette mycose, cet herpès, cette plaie, et qu’à l’échelle géologique, la terre s’en remettra (ce qui est vrai). Sauf que les éléphanteaux, rhinocéros, tigres, orang-outans et autres espèces en tous genres, kromignonnes ou pas, n’ont rien demandé, et j’espère que ça te fait kamème un petit peu chier d’être au minimum indirectement responsable de leur extinction.

Ou tu es peut-être un peu moins nihiliste, un humaniste, mais qui s’intéresse davantage au social, aux inégalités, et qui pense que l’écologie et l’environnement et le climat, ce n’est pas l’urgence. Ça ne fout pas à manger dans les assiettes ou un toit au-dessus des têtes, là, maintenant, tout de suite. Cela dit, tu ne dirais pas non à une bonne révolution, ne serait-ce que par les urnes, mais tu sais que l’idéologie néolibérale nombriliste et individualiste à gangréné tous les esprits, et que l’extrême droite détourne les idées de gauche et les rend radioactives, et tu es donc moyennement confiant qu’une prise de conscience à grande échelle et à court terme que TINA mon cul se produise, avec le soulèvement populaire qui en découlerait.

Ce qui nous amène là où je voulais t’amener justement.

Car en fait, je sais que tu es bien plus érudit et intelligent que moi, que tu as tous les disques de Lordon et un poster de Spinoza dans ta chambre, et qu’au fond de toi, ça te chagrine 1/ que les gens soient aussi bouchés et 2/ que la puissance de ton argumentation ne les retourne pas comme des crêpes.

Et pourtant, il faut bien se rendre à l’évidence…

Mais c’est quoi l’objectif ? Est-ce de pécho d’irradier ton entourage et même le monde de la brillance de ton intellect ? Ou est-ce le résultat qui compte, c’est-à-dire contribuer dans la mesure des tes moyens (considérables, on l’a vu, ne soit pas modeste) à remettre le monde à l’endroit et accessoirement éviter l’apocalypse ?

Comme en plus d’être brillant (et libidineux), tu es bon et généreux, je sais que tu veux contribuer à remettre le monde à l’endroit et accessoirement éviter l’apocalypse.

Bref nihiliste, humaniste ou érudit, tu mets ton ego et ton savoir de côté et tu répètes après moi (même si tu n’en a rien à battre de l’environnement) :

« Il n’y a pas de meilleur levier pour délégitimer et contrer le système que la question climatique. »

Ou comme le dit plus éloquemment Clumsy :

Même si beaucoup d’organisations politiques de gauche n’en ont pas encore conscience, les luttes écologiques ont un contenu et une capacité à élargir leur base qui en font probablement l’arme la plus puissante pour renverser l’ordre capitaliste.

Et ça, tu sais qui l’a très, mais alors très bien compris ? Pour qui ça ne fait pas un pli ? Pas l’ombre d’un doute ? Les capitaines d’industrie américains qui dépensent sans compter en lobbying pour décrédibiliser l’idée même de changement climatique, avec succès, à tel point que le sujet est devenu si clivant et controversial aux USA que les médias l’évitent comme la peste.

Oui, eux, ils ont très bien compris que si tu proposes, à l’instar du comédien anglais Eddie Izzard, le choix suivant :

« Cake or death? »

Sauf dépression aiguë, les gens, même bouchés, même insensibles aux inégalités ou allergiques à la lutte des classes, répondront tous, comme dans le sketch :

« Cake please! »

Et oui, c’est aussi con que ça : climat ou capitalisme, il faut choisir. D’aucuns diront que c’est moche, mais ce n’en est pas moins incontestable.

Donc je ne veux pas entendre de protestations. Tu ne fais pas la fine bouche. Que ça soit sincère ou cynique, tu t’empares de ce levier, et tu exploites toute ton intelligence pour t’en servir avec brio, comme l’a fait, par exemple, hmmm, au hasard, Naomi Klein dans son dernier livre (que je lis actuellement, tu avais deviné ?), This changes everything : Capitalism vs. The Climate.

Mots-clés : ,

À propos de sknob

Franglophone songwriter, cartoonist, translator, geek, #ronchonchon. VieuxSage, déjà blogueur au XXe siècle, je ne supporte ni l'injustice, ni la mauvaise foi, ni les gens qui réfléchissent avec le cerveau d’autrui, ni les betteraves. En revanche, j'ai un peu le melon depuis que j'ai publié un billet sur le blog de Paul Jorion. Mes camarades m'ont à l'œil.

Tous les articles par sknob →

Articles connexes

8 avis sur “Cake please

  1. 00ced

    Bonsoir,

    Je crains d’être un odieux climato-sceptique qui n’a rien compris. Un type qui aime Babordage et partage globalement l’avis des intervenants, mais non comprenant quand-même.

    À quoi tient ce climato-scepticisme ? j’ai regardé, comparé, analysé. Il se trouve qu’aucune, je dis bien aucune, des prévisions du GIEC ne s’est vérifiée. Vous pouvez regarder par vous-même, les données sont publiques : pas de réchauffement depuis près de 20 ans, pas d’augmentation des évènements dits extrêmes, pas d’augmentation de l’activité cyclonique, pas d’évolution des banquises (pôles sud + pôle nord), pas de désertification, pas d’îles disparues. Rien, juste la mise en avant de chaque catastrophe dite climatique.

    Je suis désolé, mais c’est la même chose qu’avec le libéralisme : quand, au bout de 20 ans, aucune des conséquence promises n’apparaissent, avec multiplication des raisons pour lesquelles ça ne fonctionne pas comme attendu a posteriori, ben je n’y crois plus.

    Répondre
  2. Thalasrum

    J’aime la politique de l’autruche du principe de tous les climato-sceptiques dont l’ensemble des études sont financées par des lobbies.
    & d’ailleurs qui me prouve que le tabac est nuisible à la santé ? Pendant 60 ans, les lobbies du tabac ont démontré par A+B que la cigarette n’était en rien nuisible…
    Et les lobbies de l’amiante…
    Que dire de ceux du chlordécone aux Antilles…
    Creuse le trou camarade pour mettre la tête dedans et attend patiemment… Le Dieu marché te sauvera !
    Tiens ! ça me fait penser à ça ! http://thalasrum.over-blog.com/2015/03/torturees-et-violees-dans-leur-pays-la-france-les-renvoie-se-faire-tuer-congo-RDC-police-prefet-aisne-femme.html

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Gauchistes

fabu_landcorinneperpinyaClumsyLa Rédac'

Social

Gazouillis

Newsletter

Une semaine de Babordages par e-mail.